BON CHIC MAUVAIS GENRE #110 : spéciale "Culte 70's"

Publié le par Dr Devo

[affiche réalisée par Lammakian Samsenesena]

[affiche réalisée par Lammakian Samsenesena]

BON CHIC MAUVAIS GENRE, votre soirée mensuelle double-programme consacré au cinéma transgressif, rare, délirant et précieux –programmée amoureusement par les projectionnistes du cinéma Majestic de Lille- revient ce vendredi 16 septembre.

Pour entamer cette 15ème saison de BCMG (que le temps passe !), nous vous proposons une soirée cultissime consacrée aux années 70.

A 18h00, nous retrouverons Nicolas Roeg (dont nous avions passé le merveilleux WALKABOUT en juin dernier) avec son film le plus culte, justement : L’HOMME QUI VENAIT D’AILLEURS, film de science-fiction qui ne ressemble à aucun autre film de SF, à la tête duquel nous retrouvons David Bowie dans un rôle totalement merveilleux.

Après avoir partagé les errances mélancoliques et existentielles de l’extra-terrestre Bowie, nous changerons complétment d’ambiance et entrerons dans l’univers totalement déjanté du supra-cultissime ROCKY HORROR PICTURE SHOW, comédie musicale délirante. Chorégraphies mythiques, acteurs survoltés, scénario frappadingue et une ambiance joyeusement délurée, voilà ce qui vous attend avec ce film joyeux et subversif ! Mesdames et aussi Messieurs, mettez vos bas-résilles et vos corsets les plus colorés et venez voir cette œuvre queer et camp dont le succès ne s’est jamais ni démenti ni démodé !

Alors, si vous ne connaissez pas ces deux films, ne vous affolez pas et suivez le guide…

 

18H00 : L’HOMME QUI VENAIT D’AILLEURS (The Man Who Fell On Earth) de Nicolas Roeg – USA/UK– 1979 – 139 min – VOSTF – copie numérique (dcp)

Avec : David Bowie, Candy Clark, Rip Torn, Buck Henry, Bernie Casey, Jackson D. Kane, Linda Hutton…

Thomas Jerome Newton est un extra-terrestre fraîchement débarqué sur Terre dont on ne sait les intentions. Après quelques premiers contacts difficiles ou saugrenus avec les terriens, il essaie de s’acclimater tant bien que malà la vie sur Terre. Au bout de quelques années, il est même un capitaine d’industries plus que prospères, et ce grâce aux connaissances technologiques avancées qu’il possède. Alors qu’il s’apprête à regagner sa planète d’origine, il tombe amoureux de Mary-Lou ce qui va contrarier tous ces plans  …

Comme on le disait en juin dernier, lors de la présentation du film WALKABOUT à Bon Chic Mauvais Genre, on ne rappellera jamais assez ô combien le travail du réalisateur Nicolas Roeg fut important, magnifique et tout à fait original.

Après le succès d’estime de NE VOUS RETOURNEZ PAS, Roeg essuie quelques déconvenues. Plusieurs de ses projets sont annulés ou n'aboutissent pas. Il décide alors d’adapter le livre de science-fiction The Man Who Fell On Earth.

Comme d’habitude chez Roeg, la narration du film possède un rythme hypnotique et essaie de se détacher d’un récit purement linaire pour pouvoir donner plus de force à ses personnages dont on explore à tout moment la complexité des expériences et des sentiments. Si, comme pour ses autres films, Roeg déploie tout son génie créatif pour composer des plans magnifiquement cadrés et éclairés (car c’est aussi un immense directeur de la photographie !), c’est le travail absolument renversant du montage qui fait que le film atteint toute sa singularité. L’HOMME QUI VENAIT D’AILLEURS est un film de toutes les audaces esthétiques, un parcours impressionniste totalement envoûtant qui emmène le spectateur dans des contrées et des sentiments inexplorés, rendant ainsi totalement justice au personnage principal joué par un David Bowie absolument bouleversant. Un e impression de solitude cosmique nous envahit jusqu'à nous mettre en face de nos propres failles. L’HOMME QUI VENAIT D’AILLEURS  est un film sublime, un véritable chef-d’œuvre dont la puissance esthétique et narrative en font une des plus grandes expériences qu’on peut vivre sur grand écran.

 

20H40 : THE ROCKY HORROR PICTURE SHOW de Jim Sharman – USA – 1975 – 100 min – VOSTF- copie numérique  (dcp)

Avec: Tim Curry, Susan Sarandon, Richard O’Brien, Barry Bostwick, Patricia Quinn, Nell Campbell, Jonathan Adams, Meatloaf, Peter Hinwood, Charles Gray…

Brad et Janet viennent de se fiancer. Mais un soir d'orage, leur voiture tombe en panne. Ils trouvent refuge dans un château voisin, celui de l’énigmatique Frank N. Furter, un travesti venu de la planète Transsexuelle. C’est le début d’une expérience initiatique pour le jeune couple jusque-là très prude …

En 1973, Richard O’Brien (interprète du personnage de Riff-Raff dans le film), crée la comédie musicale ROCKY HORROR PICTURE SHOW à Londres. Le succès est au rendez-vous et deux ans plus tard, il confie la réalisation du film à Jim Sharman. L’immense Tim Curry (à qui le film doit beaucoup) reprend le rôle de Frank N. Furter qu’il incarnait déjà sur les planches.

THE ROCKY HORROR PICTURE SHOW est donc une réinterprétation fantaisiste du mythe du Dr Frankenstein quile bouchon du délire très très loin. Le film est d’abord une comédie musicale glam-rock, dont c’est l’apogée à l’époque (coucou David Bowie !), totalement délirante qui rend hommage au fantastique et à la science-fiction, mais aussi au cinéma de genre, au cinéma de drive-in et au cinéma de quartier. Les références sont incessantes: à la pop culture en général mais aussi à ses multiples supports notamment la musique et la BD.

Film foutraque et généreux à la bonne humeur communicative, THE ROCKY HORROR PICRURE SHOW (et là je reprends les mots tout à fait justes de l’excellent site devildead.com) "à travers ses diverses péripéties érotiques, prêche une libération sexuelle décomplexée et réjouissante  [grâce au personnage de] Frank N. Furter , ennemi des règles sociales, des contraintes morales et de tout ce qui est susceptible d’entraver la jouissance charnelle".

Le film, en déployant tout un réseau de personnages excentriques, finit par dégager une ambiance de générosité et de bizarreries en tout genre, comme une  ode poétique contre la morosité et l’ennui, et ce de manière ultra-généreuse. Un cinéma populaire, original et attachant : que demandez plus ?

[Notons que le casting, emmené par un Tim Curry en lévitation, est extraordinairement sympathique et tout à fait au diapason !]

 

Dr Devo.

 

Nota Bene : exceptionnellement, il n'y aura pas de concours de déguisement pour cette. Ceci dit, rien ne vous empêche de venir déguiser bien entendu !

Réservations possibles dés le mardi 13 mai à la caisse du Cinéma Majestic à Lille ou sur le site ugc.fr. Soirée proposée par le site Matière Focale.com, le magazine Distorsion et les projectionnistes du cinéma Majestic. Tarifs: 14 euros les deux films  (réservations pour ce tarif uniquement en caisse du Majestic) / 1 film aux tarifs habituels.

Les cartes UGC illimitées fonctionnent pour les deux films !

Invitez vos amis via la page-évenement facebook de la soirée: cliquez ici !

 

Prochain BON CHIC MAUVAIS GENRE: le  7 octobre 2022, spéciale cinéma anglais.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Y
la pertinence des films est qu'ils sont agréables...
Répondre